Comment cultiver l'ail ?  :

Résumé de l’EARL  du Pont Vert pour réussir la culture de l’ail

Il s’agit avant tout pour nous producteur de semence d’ails certifiés de vous faire profiter de quelques enseignements résumés de la culture de l’ail. Ces informations ne sont que partielles et nous vous invitons à nous contacter pour vous partager notre passion de l’ail, notre expérience et notre savoir-faire que nous transmettons à notre réseau de clientèle.

Toutes les informations contenues sur le site et pour la culture de l’ail (ci-après) sont seulement à titre informatives et indicatives selon nos méthodes et notre expérience de la culture et du marché de l’ail. Ces informations n’engagent en rien la responsabilité de l’EARL du Pont Vert  quant à leurs utilisations et devront faire l’objet d’une autorisation préalable.

 

                                                                            2. Le dégoussage ou égrenage.

Au préalable, juste avant de mettre l’ail en terre le dégoussage ou égrenage est une opération obligatoire. Il s’agit se séparer les caïeux d’une tête d’ail du plateau racinaire afin d’individualiser les gousses d’ails (gousse = caïeux).

Cette opération est réalisée manuellement ou mécaniquement. L’ail est d’égoussé dans un délai très court avant la plantation (quelques jours à peine).

En effet, une fois l’égrenage effectué le caïeu n’est plus protégé par l’ancienne tête d’ail ou pendant l’égrenage il est parfois blessé ou abimé, le rendant cible d’attaque de maladie et notamment le pénicillium. Il est donc impératif de surveiller la météo avant d’entreprendre cette opération.

Des procédés existent pour faciliter l’égrenage, maitriser le taux de caïeux blessés, limiter les attaques de pénicillium avant et après la plantation et nous n’hésiterons pas à vous les partager.

 

                                                                            3. La Plantation

La plantation est manuelle ou mécanique et s’effectue dans une parcelle labourée, préparée, et ressuyée. Les conditions de plantations sont déterminantes pour la levée, l’homogénéité et l’implantation de l’ail. Elles conditionnent une partie de la réussite de la culture.

En ail d’automne le semis des plants d’ails est effectué entre octobre ou novembre.

En ail vert, le plastique perforé permet de gagner en précocité et en calibre. Dans ce cas, dans  les régions Sud de le France peu exposé au grand froid d’hiver la date de plantation peut-être avancé fin septembre voire avant essentiellement pour l’ail précoce de la variété Primor et l’ail violet Germidour.  

Une vigilance sur la densité, l’écartement entre les rangs

                                                                                                      4. L’ail en végétation

Des amendements seront apportés pour participer à un bon développement végétatif de l’ail. Le plan de fumure respecte les besoins essentiels de l’ail et les objectifs de récoltes (calibre de l’ail souhaité suivant la variété, le circuit de distribution et la clientèle).

Des traitements sont à faire afin de protégé l’ail de ses agresseurs. La réponse et la stratégie phytosanitaire doit tenir compte du cahier des charges auquel la culture se rattache. En effet la stratégie est différent entre un ail en agriculture biologique, conventionnel, Zéro résidu de Pesticide, HVE ou Global Gap…..

Comme pour toutes plante l’eau est vitale pour l’ail. En fonction de la pluviométrie, un apport d’eau par irrigation est important pour l’ail.

                                                                                                      5. La récolte

Pour l’ail frais il faut distinguer plusieurs ails vert possible :

  •  L’aillet : Se récolte dès que la gousse qui a donné naissance à l’ail a disparu. A consommé dans un court délai après la récolte. La future tête d’ail et les gousses ne sont pas encore formées. Il s’agit d’une tradition de consommation de certaines régions.

  • L’ail vert ou ail frais : Se récolte à partir du moment que la future tête d’ail et que les gousses sont formées.

Pour l’ail Sec :

Au mois de juin, lorsque le feuillage de l’ail jaunit la récolte se prépare. Quand les feuilles du bas sont jaune et que seul quelques feuilles au milieu sont encore verte, la période de récolte est arrivé.  La récolte consiste à extraire les bulbes de sous la terre.

Plusieurs méthodes de récoltes sont à analyser :

  • L’arrachage manuel (convient pour de très petites quantités)

  • l’arrachage en paquet. Destiné notamment à l’ail en tresse car ce procédé garde les tiges et la tête de l’ail. Une fois soulevé et posé sur le sol par une arracheuse les ails sont posés sur le sol et des paquets sont réalisés manuellement puis laissé quelque temps aux champs pour sécher (attention à la météo)

  • Arrachage de l’ail  en paquet mécanisé : la machine soulève l’ail et les tiges puis les assemble mécaniquement en paquet. Cette machine assemble l’ail en paquet puis les repose dans le champ, il s’agit d’une lieuse

  • Arracheuse – enquêteuses mécanique : L’arracheuse soulève l’ail, sépare la tige de la tête d’ail ( équêteuse) puis met l’ail en big-bag ou dans des palox afin de l’emmener sécher sur l’exploitation.

Attention à la maturité de l’ail avant la récolte car une sous-maturité ou une sur-maturité est préjudiciable à la qualité de l’ail (notamment la couleur recherché) et à sa conservation.

                                                                                                      6. Séchage

C’est l’étape clé délicate post récolte à réussir qui détermine la conservation et l’aspect qualitatif de l’ail. Un bon séchage est primordiale afin de bien valorisé sa récolte et surtout après tant d’effort.

Le séchage de l’ail :

  • Traditionnel sur des barres au grand air exposées au vent. Ce mode de séchage est encore très utilisé dans le Sud-ouest de la France. Par le passés avant l’arrivée de ventilateur électrique, c’est la méthode que nous utilisions

  • Séchage de type hollandais : Inspiré du séchage des bulbes de fleur et notamment de tulipe au Pays-Bas. C’est la méthode que l’EARL du Pont Vert utilise aujourd’hui.  A la récolte l’ail équeuté par l’arracheuse est  amené par cette dernière  dans des palox en bois avec une grille de ventilations au fonds. Seulement quelques heures après (immédiatement après la fin de la journée d’arrachage), ces palox sont alignés devant des couloirs de ventilations ou de l’air est soufflé et traverse l’ail afin de le séché en abaissant son humidité pendant plusieurs semaine pour arriver à l’ail sec.

                                                                                                      7. Gestion de la récolte 

Une fois l’ail est déterré, brossé, pelé, tressé, conditionné selon les usages souhaités et les cahiers des charges à respecter.

                                                                             8. Nos partenaires :

Dans cet article nous  avons abordés beaucoup de machines et de matériel qui mécanisent le travail de l’ail.

N'hésitez pas à nous contacter pour avoir plus de renseignements sur nos partenaires, leurs machines, l'expérience et le retour d'expérience sur l'utilisations les équipement spécifique à l'ail.  

 

Voici nos principaux partenaire :

cliquez sur le nom pour avoir accès directement au site internet

JJ Broch : Dégousseuse, planteuse, arracheuse, chaines de déterrage, calibreuse, Spécialiste du matériel à ail 

Erme  : Dégousseuse, planteuse, arracheuse, chaines de déterrage, calibreuse, spécialiste du matériel à ail 

Iaccuci Adamo : Spécialisé dans les chaines de trie, détérrage, calibrage de l'ail 

Agratechniek : Fabricant d'unité de ventilation, séchoir à ail, palox en bois. 

AWB : Fabricant de vide-palox, trémie et matériel pour manipuler l'ail en palox